13 octobre 2011

[Test] Resistance 3


N'ayant pas eu le PSN pendant un bon mois, faute de blocages réseaux à la résidence U, j'ai enfin pu jouer en réseau afin de vous offrir un test digne de ce nom.

Resistance 3 est la suite de la série exclusive à la PS3 commencée en 2007 avec Resistance – Fall of Man puis continuée avec Resitance 2 et qui à fait une excursion par la PSP. Resistance met en scène un un passé alternatif, où l'Europe de 1951 n'a pas connu la Seconde Guerre mondiale mais se trouve confrontée à un péril tout aussi grand : un étrange virus se répand en effet comme une traînée de poudre et transforme les contaminés en monstres répugnants, les chimères. Il n'est pas forcément nécessaire d'avoir joué aux deux premiers, mais c'est un plus indéniable si ce n'est que pour apprécier le scénario.


Maintenant que vous êtes au fait de l'histoire, plus d'excuses, vous pouvez attaquer Resistance 3. Le scénario de Resistance 3 vous met dans la peau de Joseph Capelli, un ancien soldat qui tentera tout au long de l'aventure de sauver la planète. Alternant entre séquences émotions et bourrinage bien sympathique le tout illustré par de belles cinématiques, R3 propose un bon scénario mais qui reste bien balisé et sans grande surprise.
Mais là où Resistance 3 fait le plus mal, c'est surtout grâce à un bestiaire bien fourni, environ une dizaine d'ennemis tous différents (et tous aussi moches) mais aussi grâce à la présence de mégas boss qui ponctuent l'aventure de combats dantesques. Les environnements sont quand à eux variés et même si les couleurs sont ternes la plupart du temps, des jolies couleurs sont tout de même présentes grâce à vos gros joujoux. Au total 12 (plus ou moins) petits guns et autres joyeusetés seront à votre disposition tout au long de l'aventure.
Du pompe, à la masse en passant par la mitraillette et le sniper, vous n'allez pas vous ennuyer, car chaque arme possède 3 niveaux de tirs, ceux-ci se débloquant au fur et à mesure de l'utilisation, et également un tir secondaire qui peut parfois être salvateur (dali).

Graphiquement on arrive à quelque chose de très correct, avec de beaux effets de lumière et de poussière qui rappellent Killzone 3. La bande son est quand à elle de bonne facture et colle très bien à l'ambiance générale.
Dernière chose en terme de gameplay, la vie ne remonte pas automatiquement une fois à couvert et vous devrez trouver des packs, ou arriver à des points du jeu pour pouvoir faire remonter votre santé. Enfin un vrai challenge en difficile !


Le multijoueur est, quand à lui, accessible uniquement avec un PSN Pass, la nouvelle connerie de Sony (lancée par EA) afin de bloquer l'accès au jeu en ligne pour les personnes ayant acheté le jeu d'occasion. Bref, passé ce fâcheux détail 12 cartes et 8 modes de jeu où les humains combattent les chimères sont à votre disposition. Malheureusement aucune différence de gameplay entre les deux camps ne se fait sentir. On peut également regretter que les modes de jeu soient relativement classiques, mais ils n’en demeurent pas moins diablement efficaces. Comme sur Call of Duty, vous accumulez de l'expérience afin de débloquer de nouvelles armes et des killstreaks.
Pour ce qui est de l'aventure solo, elle peut aussi se faire en coopération, et c'est du tout bon !

Finalement Resistance 3 tient toutes ces promesses, un bon FPS, nerveux et dynamique, pas forcément grandiose mais sacrément jouissif qui vous tiendra en haleine une petite dizaines d'heures. Dommage que le multi ne soit pas un tant soit peu original et qu'il faille un PSN Pass afin de pouvoir jouer en ligne.



Ma note : 15/20

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire