3 octobre 2010

[Test] Spider-Man Dimensions


Reçu de la part d'Activision suite à la présentation du jeu au Ice baar des champs élysées, j'ai pu tester plus en détail le nouveau titre mettant en scène un des supers-héros les plus connus : Spider-Man.
Batman : Arkham Asylum a démontré qu'il était tout à fait possible de s'appuyer sur des licences de comics pour élaborer d'excellents jeux. L'univers des super héros propose tant de personnages charismatiques et de lieux qu'il est vraiment dommage de massacrer un a un chacun des héros de notre enfance. Car malgré la réussite sans conteste de Batman : AA, on ne peut observer qu'une longue série d'adaptation au rabais à l'intérêt et à la réalisation très douteux. Et malheureusement l'homme araignée en prend souvent pour son grade, chose corrigée dans ce Spider-Man Dimensions.

Niveau scénario, ça reste plutôt classique : votre mission (si vous l'acceptez) est de contenir l'énergie magique de la Tablette de l'Ordre et du Chaos. Celle-ci a été brisée en morceaux, dont chacun ont été envoyés dans des dimensions différentes. Il faut donc retrouver tous les fragments dans les univers parallèles afin de restaurer l'ordre.


Mais c'est surtout dans le gameplay que ce titre se distingue de ses prédécesseurs. Exit les balades dans la ville, et bienvenue à une progression sous forme de niveaux. Avouez que ce n'est pas très folichon, mais pour pallier à ce léger problème, les développeurs ont introduit le concept des univers parallèles. En effet, vous jouez dans ce titre avec 4 Spider-Man tirés chacun d'un comic book :
  • Amazing Spider-Man : L'homme araignée "classique", il fait des attaques à base de toile
  • Ultimate Spider-Man : La version symbiotique, il attaque beaucoup d'ennemis à la fois grâce à ses tentacules. De plus vous pouvez activer un mode Rage après avoir mis/s'être pris plusieurs coups. Résultat : des attaques dévastatrices auxquelles aucun de vos adversaires ne résisteront.
  • Spider-Man 2099 : La seule version de Spider-Man qui n'est pas Peter Parker. Il porte des attaques de capoeira rapides et peut ralentir ses adversaires grâce à sa vision accélérée. Vous restez à la même vitesse pendant que vos ennemis trainent.
  • Spider Man noir : Dernière version en date, seulement une dizaine de comics sont sortis. Dans cet univers, il faut être furtif, un peu à la manière d'un Batman : AA. Il faut éliminer chacun de vos ennemis discrètement sans se faire repérer, car les tirs des sbires sont relativement puissants (en tout cas dès le niveau moyen).

Et c'est grâce à cette diversité d'univers que le titre fait mouche. On s'ennuie très rarement, l'action est bien dosée, car dans chacun des niveaux, le boss de la zone nous "accompagne" et ponctue notre progression par des minis combats (plus ou moins difficiles). Et petite nouveauté, durant certains de ces combats, on passera en vue subjective et on cognera allégrement le boss jusqu'à ce que l'on reprenne le "vrai" combat.
Graphiquement, les développeurs ont également apporté une touche vraiment unique à leur jeu. En effet, chaque univers possède sa propre signature :

  • Amazing : Cell Shading "classique"
  • Ultimate : Cell Shading qui tire sur le noir et le rouge
  • 2099 : Beaucoup de lumières vives
  • Noir : Comme son nom l'indique, un univers en noir et blanc renforçant l'ambiance d'un Spider-Man des années 60.

Finalement, la prise en main est très simple et malgré quelques bugs de 3D on prend un réel plaisir à incarner tour à tour les différents Spider-Man. Le titre vous tiendra en haleine environ 15h, le temps de récupérer tous les pouvoirs, améliorations et costumes et de remplir tous les défis (180 en tout). J'ai pour ma part fini 155 défis en moins de 10h en mode normal, et en ayant 90% des améliorations débloquées. Une fois un niveau terminé vous pouvez accéder à la bio des protagonistes et suivant le niveau de difficulté à plus ou moins de bonus (bio, croquis, figurine 3D).
Cela faisait longtemps que l'homme araignée n'avait pas eu un jeu digne de ce nom et c'est désormais chose faite.


Ma note : 16/20

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire