Pages

24 février 2014

[Avis] Exposition Star Wars Identites


Ce n'est un secret pour personne, je suis un grand fan de Star Wars alors lorsque j'ai appris qu'une exposition sur mes films favoris allait avoir lieu à Paris, je me suis jeté sur l'occasion.

Star Wars Identités n'est pas une expo comme les autres. En effet, elle mixe habilement un peu plus de 200 objets de 200 objets de tournage (costumes, maquettes, storyboard, etc...) et des résultat d'études sur ce qui constitue notre identité (notre origine, nos parents, nos choix, etc...).


Car oui, la sixologie s'articule autour de 2 personnages principaux : Anakin et son fils Luke. Ils viennent de la même planète, sont de la même famille, mais comment l'un est devenu un Sith et l'autre un Jedi ? Quels sont les éléments qui ont transformés Anakin en Dark Vador ? Pourquoi Luke n'as pas basculé du côté obscur alors que son père y a succombé ?
Bien heureusement, la totalité de l'exposition n'est pas dédiée à ces deux personnages et au détour d'un storyboard ou d'un costume à taille réelle vous trouverez des informations sur Chewbacca, Han Solo ou Jabba le Hutt.


L'autre particularité de cette exposition, et c'est une première pour moi, c'est qu'elle est interactive. Je m'explique, au travers de 10 salles vous serez équipé d'un audioguide (classique) mais également d'un bracelet NFC. Ce dernier vous permet de créer votre avatar dans le monde de Star Wars. Vous serez donc amené à choisir votre race (Humain, Wookie, Ewok,....), à répondre à des questions afin de définir votre psychologie, à choisir votre planète de naissance, etc.... A la fin vous aurez un joli personnage comme le mien ainsi que sa description :

J’ai grandi sur la planète gazeuse Bespin, où les membres de ma communauté gagnaient leur vie comme ingénieurs s’occupant du réacteur de la Cité des Nuages. Durant les congés, mes deux meilleurs amis et moi avions l’habitude d’assister aux courses de voitures des nuages tout près de la Cité des Nuages. Mes parents exigeaient de moi beaucoup de discipline tout en m’offrant leur soutien, au besoin, et ils m’ont transmis de remarquables habiletés intellectuelles. Plus tard dans la vie, j’ai rencontré le seul et unique Darth Vader, dont les enseignements m’ont enrichi de connaissances qui me sont utiles au quotidien dans mes fonctions de chevalier Jedi. Je me rappelle la fois où j’ai remporté une cité entière à un jeu de hasard. Je n’ai pas laissé cet événement m’atteindre outre mesure; je suis devenu le meilleur administrateur que cette cité ait connu grâce à ma gouvernance juste et intègre. On dit souvent de moi que je suis une personne généralement aventureuse et curieuse, j’ai aussi tendance à être énergique et sociable. Mais la chose la plus importante pour moi est l’accomplissement : après tout, l’excellence mérite reconnaissance et respect. La Force est puissante en moi; je ne suis donc pas surpris que l’Empereur m’ait visé. Lorsqu’il m’a offert un pouvoir illimité en échange de mon allégeance, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai embrassé le côté obscur avec empressement.
Pour finir, foncez voir cette expostion ! Petits ou grands, fans ou moins fan, elle vaut le détour seulement pour l'originalité de l'expo et l'exclusivité de certaines pièces. Et n'oubliez pas, que la force soit avec vous !


Star Wars Identities – du 15 février au 30 juin 2014 – Cité du Cinéma, 20 Rue Ampère 93200 Saint-Denis. Tous les jours de 10h30 à 20h (vendredi 21h30) Plein tarif : 22€ (coupe-file) ou 19,90€ (sur place) Enfant (4 à 14 ans) : 17€ (coupe-file) ou 14,90€ (sur place) Gratuit pour les moins de 4 ans.

16 janvier 2014

[Airsoft] Review G36C ASG


Pour faire de l'airsoft on a besoin de 2 choses, d'une réplique et d'une protection oculaire. C'est de cette première dont on va parler dans cet article.

Il faut être honnête, l'airsoft est une activité qui coûte cher. Les répliques longues (aussi appelées AEG (Automatic Electric Gun)) qui sont en général les premières que l'on achète pour aller sur un terrain avoisinent les 200€ à 250€. Heureusement, comme partout d'autres modèles existent. C'est le cas du G36C d'ASG, un AEG de qualité à petit prix.


En effet pour 160€, la firme danoise propose une réplique fidèle et robuste du fleuron de l'armurerie allemande. Clairement destinée aux nouveaux pratiquants, cet AEG permet de débuter sans se ruiner.
Dans ce pack estampillé "Sportline" vous trouverez :
  • La réplique 1:1 du G36C
  • Sa batterie 8,4V - 1400 mA
  • Le chargeur de batterie
  • Une tige de débourrage/nettoyage
La réplique est en ABS (un plastique résistant utilisé dans l'industrie et dans une grande partie des jouets actuels). Elle inspire la solidité et aucune trace de moulure n'est visible. Les marquages quant à eux sont fins et très propres.


Côté visée, les organes sont présents mais trop petits, il faut à mon sens ajouter un viseur type Red Dot. Pourquoi ? Parce que :
  1. C'est plus facile de viser avec.
  2. Ça rend le G36C encore plus badass.
La crosse du G36 est rétractable. On passe donc d'une réplique d'une longueur de 72cm à 50cm, parfait pour le combat urbain.
Le chargeur livré de base est un Hi-Cap de 470 billes qui comme sur le vrai peut être clipsé à un autre pour un rechargement rapide. Aucun missfeed n'est à déplorer.

Le Hop Up (pour les non initiés, c'est un joint qui vient serrer la bille dans le canon pour lui donner un effet de lift ce qui permet à votre bille de gagner en portée) est facilement accessible après avoir tiré le levier d'armement vers soi. Comme le sélecteur de tir, ce levier est ambidextre. Le joint Hop Up est de bonne facture et ne présente pas de signe d'affaiblissement, ce même après un bon nombre de parties.


Dernièrement la batterie se loge dans le garde main, ce n'est pas très pratique mais vu la crosse évidée c'est le seul endroit disponible. On peut tenir une bonne journée sans le moindre problème une fois la batterie rechargée à fond.

Finalement ce pack pour débutant est une affaire en or ! Pour une somme bien inférieure à la moyenne, il permettra au joueur en quête de nouvelles sensations d'aborder l'airsoft en tout sérénité avec un matériel au rapport qualité/prix imbattable.

Le G36C ASG est disponible chez JB Airsoft au prix de 159€.

30 novembre 2013

[Airsoft] Débuter dans l'airsoft


Cette année, je me suis dit qu'il fallait que je bouge un peu plus. En complément du taekwondo, j'ai donc décidé de me mettre à une pratique qui me faisait de l'oeil depuis un petit moment : l'airsoft.

Kesako ? Eh bien c'est simple. On peut comparer ça au paintball, sauf qu'ici au lieu d'utiliser un lanceur on utilise une réplique et on ne tire plus des billes de peintures mais des billes en plastique de 6mm.
Le côté militaire y est bien plus présent vu que l'on utilise une réplique en 1:1 d'arme réelle et la plupart du temps les airsofteurs sont équipés en treillis, gilet tactique, talkie-walkie, etc...

Pour pouvoir jouer vous aurez besoin au minimum :
  • D'une réplique
  • D'une protection oculaire (soit lunettes, soit masque complet)

Et en complément :
  • De chaussures montantes type Rangers ou de chaussures de randonnée
  • De genouillères
  • D'un talkie-walkie
  • D'un treillis complet
Pour ma part j'ai choisi un G36C ASG équipé d'une red dot ainsi que d'un masque complet VForce.
Au final, au lieu de passer mes dimanches à glander, je vais jouer à Call of Duty / Battlefield pour de vrai dans la forêt. A bientôt sur le terrain !

31 octobre 2013

[Jeu Video] Découverte de la PS4 à l'Appartement 4


Dans tout juste un mois le nouveau petit bébé de Sony pointera le bout de son nez, la PS4. J'ai pu la tester en avant première, voici mes impressions.

La console
Un joli pavé légèrement à l'italique. C'est un mix entre la PS3 1ère version (pour le côté brillant), la PS3 slim (pour le côté mat) et la PS2 (pour la taille) mais qui aurait fait un tour du côté de Pise. Les disques sont "mangés" comme sur la PS3 (excepté pour la version super slim), on a 2 ports USB en façade et une caméra externe (non fournie avec la console à l'achat, comptez 50€ de plus)


La manette
Sony a écouté les joueurs et met cette fois ci le paquet du côté de la manette. Elle est plus grande, avec un grip au dos pour éviter la transpiration sur les mains, avec de vraies gachettes et des joysticks concaves (contrairement à ceux de la PS3 qui sont convexes). Il y a également une barre lumineuse à l'arrière qui pourra être utilisée dans certains titres plus orientés casual gaming. 
Les grandes nouveautés de cette manette sont :
  • Le bouton "SHARE" : pour partager vos meilleurs moments de jeu avec vos amis
  • Le touchpad sur la manette, je reviendrais dessus dans la partie suivante mais à part sur un seul jeu, je n'ai pas encore vu d'intérêt.

Les jeux
Le nerf de la guerre entre chaque vendeur de console, ce sont bien les jeux. Ici 4 "gros" jeux étaient présents pour test ainsi que 3 jeux indépendants. A mon sens, ces 3 derniers n'apportant pas grand chose à la démonstration, je ne vous en parlerai pas et nous allons nous focaliser sur les titres les plus importants.

  • FIFA 14 : Jeu de foot que tout le monde connaît, un sorte de Call of Duty permanent, chaque année on se dit que c'est plus beau mais au final c'est toujours le même gameplay. C'est sur que visuellement on arrive au niveau d'une retransmission télé.
  • Assassin's Creed IV - Black Flag : Pour avoir pu le tester sur PS3, j'ai été déçu par la qualité graphique que le titre offrait sur PS4. C'est beau, les textures sont plus lisses mais à part ça le gameplay ne change en rien et n'exploite pas à mon sens le potentiel que la PS4 peut proposer.
  • Knack : Un petit jeu d'aventure bien mignon ou l'on contrôle une créature qui va devoir taper sur à peu près tout ce qui bouge. C'est joli, ça pête dans tous les sens mais comme AC, ça n'exploite pas assez ce que la nouvelle génération de console peut faire. 
  • Drive Club : Crée par les développeurs de Motorstorm, Drive Club est un jeu de voiture mélangeant habillement l'arcade et la simulation sans tomber dans les travers de chacun des deux. La physique des véhicules est parfaite et l'on sort facilement des drifts de malade après 2-3 sessions de jeu. Le jeu étant en alpha, je ne m'étendrai pas plus sur les graphismes qui sont plutôt moyens pour le moment mais qui, je pense, seront amenés à évoluer durant les prochains mois de développement.

Pour finir sur les jeux, on a malheureusement seulement pu voir Killzone : Shadow Fall. Le touchpad permet ici de contrôler un drone qui fera de la reconnaissance, pourra vous protéger et tuer des ennemis. Mais là où tous les jeux précédents ne dévoilaient qu'une infime partie du potentiel de la console, j'ai senti ici que Killzone mettait ici le paquet ! Les graphismes sont somptueux et les effets de lumière sont éblouissants. Les armes quand à elles sont tout simplement démentes et couplées avec le drone on sent venir une campagne dynamique et halletante.


Finalement, la PS4 est à la hauteur de mes attentes. Une console au look bien sexy, une manette de qualité et une quarantaine de titres à la sortie de la bête, préparez vous à une révolution le 29 novembre prochain !


9 octobre 2013

[Preview] BEYOND : Two Souls


Suite au concours que j'avais organisé, j'ai moi même pu aller à la soirée de lancement de BEYOND : Two Souls. Cette soirée se déroulait au Grand Rex et Playstation a sorti le tapis rouge pour lancer un des derniers gros titres exclusif à la PS3 avant le lancement de la PS4 en novembre prochain.

Développé par Quantic Dream, les papas de Heavy Rain (que j'ai adoré au passage) remettent le couvert avec une expérience vidéo ludique de qualité.
Tout comme son prédécesseur de vrais acteurs ont joué les scènes du jeu. Ici, c'est la très jolie Ellen Page qui incarne Jodie, la héroïne de l'histoire, accompagnée d'un esprit du nom d'Aiden. Le cast est complété par la performance de Willem Dafoe qui campe le personnage Nathan Dawkins, un scientifique qui accompagne Jodie dans la tentative de maîtrise d'Aiden.


Les graphismes sont, comme d'habitude, d'une précision remarquable mais surtout grâce à la technologie de motion capture les émotions et les gestes sont retranscris à la perfection. Pour un néophyte, la différence entre un jeu et un film est imperceptible au premier coup d’œil.

Le gameplay reprends les bases de Heavy Rain tout en l'améliorant. Il n'y a pas d'interface à l'écran et les QTE ont été remplacées par un système où il faut poursuivre le mouvement grâce au stick directionnel au lieu d'appuyer sur un bouton.

Last but not least, la musique a été composée par Hans Zimmer et le jeu peu être passé en VO ou bien en VF (une bonne chose pour les anglophobes).
BEYOND : Two Souls sort aujourd'hui sur PS3 et le test arrivera bientôt sur le blog.

17 septembre 2013

[Test] The Last Of Us


Comme certains d'entre vous ont pu le lire dans ma preview j'avais qualifié The Last Of Us de "jeu de l'année". Alors l'essai est-il transformé ou ce n'était que de la poudre aux yeux ?

Le scénario est simple, il y a 20 ans un champignon chinois appelé le Cordyceps (et qui est existe réellement) infecte les humains et les "zombiefient" peu à peu. Nous sommes à Boston en pleine zone de quarantaine ou un mec nommé Joel va tout faire pour venir en aide à une jeune fille du nom d’Ellie. Je n'irai pas plus loin dans le pourquoi du comment au risque de spoiler complètement l'histoire. Autrement, le scénario est tout simplement magistral, passionnant et plein de rebondissements. Tout simplement taillé pour le cinéma.


Bon pour que ce soit le jeu de l'année, en plus du scénario, il nous faut un gameplay béton. Là encore le bât ne blesse pas. Nous sommes, je vous le rappelle, dans un mode post-apocalyptique. Ici pas de munitions à gogo, chaque arme de corps à corps a une durée de vie bien précise et les trousses de soin ne poussent pas sur les arbres. La maîtrise de votre inventaire sera donc la composante la plus importante de ce titre. Ce dernier pourra être rempli grâce à la recherche d'objets dans l'environnement (tiroirs, coffres forts, etc...) et il vous sera possible, par exemple de créer un kit de soin à partir d'alcool et de chiffon mais cette même combinaison vous permettra également de crafter un cocktail molotov. A vous donc de choisir votre approche : plus défensive ou offensive. Quoi qu'il en soit, chaque création se fera en temps réel et ajoutera, dans des moments déjà tendus, encore un peu plus de nervosité lorsqu'un ennemi (infecté ou humain) voudra vous faire la peau.

Puisque l'on parle des ennemis il se distinguent donc en deux catégories :
  • Les infectés : il y en a de plusieurs type :
    • Type 1 : Il vous voit mais ne vous tuent pas sur le coup
    • Type 2 : Les clickers, des machines à tuer qui ne vous repèrent que grâce au son, le cordyceps les ayant rendus aveugles
    • Type 3 : Surprise ;)
  • Les humains quand à eux sont plus intelligents et essaient (dans le mode difficile en tout cas) de vous contourner et de vous prendre en tenaille. De plus ils ont des armes, et donc peuvent vous avoir de loin.

Graphiquement, préparez vous à prendre une claque, une mandale de Sylvester Stallone dans la face même. Le terme magnifique n'est peut être même pas assez complet pour décrire le travail fourni par les équipes de Naughty Dog pour rendre crédible l’Amérique dévastée et où le chaos a régné durant les 20 dernières années. Les effets de lumière sont saisissants et sont portés par une bande son de réelle qualité. Les doublages en VF sont convaincants mais la VO restera bien au dessus avec une synchro labiale parfaite.

Je ne parlerais pas du multi qui est plus accessoire qu'autre chose même si plutôt bien pensé. Il prolongera la durée de vie du titre mais ne marquera pas les esprits, un peu comme celui de son confrère Uncharted 3.


Bon résumons, scénario passionnant, gameplay innovant, graphismes à la pointe de la PS3 le tout saupoudré d'une bande son qui finira de vous plonger dans ce titre, The Last of Us est clairement un des jeux de cette année et sera surement concurrencé par les autres GTA V, Watch Dogs et BEYOND : Two Souls.


Ma note : 19/20

6 septembre 2013

[Test] Wonderbook : Diggs Détective Privé


Deuxième jeu à utiliser le Wonderbook après Book of Spells, Diggs Détective Privé (ou Diggs Nightcrawler en VO) vous propose d'incarner le partenaire de Diggs, une chenille avec un faux air de Dick Tracy (et doublé en VF par Patrick Poivey, la voix française de Bruce Willis) qui enquête sur le meurtre de son ami le maire-œuf de Bibliopolis, Humpty Dumpty.


Contrairement à son prédécesseur, Diggs se joue uniquement en manipulant le Wonderbook, même si le PS Move sera nécessaire lors des missions photos qui se débloqueront une fois le chapitre terminé.
En effet, pour éclairer une zone d'une scène de crime il faudra pencher le livre ou pour se diriger ou explorer la scène, orienter le livre dans un sens ou dans l'autre.
L'utilisation d'un objet physique afin de pouvoir jouer est originale mais malheureusement le titre est complètement scripté et laisse peu de place à l'improvisation. Ici, pas d'objets secrets à chercher.
Enfin, le Playstation Eye détecte parfaitement le livre, bien que des manipulations un peu brusques risquent de mettre de l'eau dans le vin mais durant mon test je n'ai pas relevé de souci particulier dès lors que l'on restait dans les clous.


Visuellement le jeu est propre et l'univers polar est aussi bien retranscrit dans les différents environnements que vous serez amené à parcourir que sonorement grâce aux thèmes teintés de blues.
Une chose que j'ai particulièrement apprécié sur ce titre est la possibilité d'y jouer dans plusieurs langues, un petit plus que l'on ne trouve pas souvent en particulier sur les jeux destinés aux enfants. Ça lui permettra de travailler la langue de Shakespeare (ou de Juan Carlos) tout en s'amusant.

Le gros point noir de ce titre est clairement la durée de vie. Il ne m'a fallu plus de 2h pour boucler le mode histoire, c'est vraiment trop court. Bien sur, en terme de rejouabilité il y a toujours les missions photos, mais cela ne vous occupera qu'une petite heure de plus. Heureusement le jeu est peu cher 14,99€ sur la PlayStation Store, 19,99€ en version boite seul et 24,99€ en version boite + Wonderbook.


Diggs Détective Privé est un jeu qui propose un gameplay original grâce au Wonderbook le tout saupoudré d'une ambiance polar très bien réalisée. On regrette qu’il soit si court alors qu'il aurait été possible de proposer un peu plus de contenu, heureusement le faible prix du titre et la possibilité de changer la langue font de ce jeu un must have ludique pour les enfants.

Ma note : 13/20

5 septembre 2013

[Concours] BEYOND : Two Souls - Soirée de lancement


A l'occasion de la sortie du jeu BEYOND: Two Souls le 9 octobre, AlloCiné et PlayStation vous proposent de gagner une place pour 2 places à l'avant première mondiale du jeu le mercredi 2 octobre.

Cette soirée de lancement aura lieu au Grand Rex, à Paris, en présence de David Cage, son créateur et des acteurs Ellen Page et Willem Dafoe ainsi que l'équipe de Quantic Dream (à qui l'on doit l'excellentissime Heavy Rain) au complet.

Au programme de cette soirée exceptionnelle, la diffusion d'images inédites du jeu, les coulisses de sa création, la présentation des comédiens sur scène, et surtout la possibilité de poser des questions à David Cage, Ellen Page et Willem Dafoe.

Pour ça rien de plus simple, il suffit de remplir le formulaire suivant :
[Concours] BEYOND : Two Souls - Soirée de lancement
EDIT : C'est Kevin M. qui remporte les places. Bravo à lui et merci à tous de votre participation

18 août 2013

[Test] Sly Cooper : Voleurs à travers le Temps (PS3/PS Vita)


Depuis un bon moment déjà les jeux de plateformes disparaissent peu à peu du panorama vidéo-ludique sur les consoles "adultes" (PS3, Xbox). Sly Cooper revient donc en force pour le 4ème opus de la série commencée sur PS2 (et réédités sur PS3 en Blu-ray pour ceux qui ne les auraient pas fait).


La recette de cet opus est simple et reprends les bases laissées par les titres précédents : un gameplay diversifié, une réalisation cartoon de qualité couplée avec un humour décapant.

Comme son sous-titre l'indique, l'action du titre se déroule à différentes périodes de l'histoire. En partant d'un Paris contemporain nous irons visiter le japon médiéval jusqu'au mille et une nuits en passant par le Far West et la préhistoire. Ce sera l'occasion pour Sly et toute sa bande de pouvoir rencontrer les ancêtres du raton-laveur qui auront, durant leur période, l'opportunité de vous montrer l'étendue de leur talent.

En effet, en plus de Sly et de ses ancêtres il vous sera possible d'incarner Bentley ou Murray et même Carmelita Fox. Chaque incursion dans le passé vous permettra de récupérer des costumes propres à chaque période : Une armure de samourai qui résiste au feu, une fourrure de tigre à dents de sabre pour faire le mort et même un costume d'archer qui permet de diriger un flèche dans les airs.

Pour finir, chaque niveau a son leitmotiv. Alors qu'au pays des sushis la discrétion sera de mise, vous aurez par exemple droit dans le niveau suivant à un TPS aux petits oignons le tout ponctué par des phases de shoot-em-up lors du piratage de terminaux par Bentley.


Visuellement, que ce soit sur Vita ou sur PS3, le Cell-Shading est tout juste parfait. Les graphismes sont colorés, le level design ainsi que les éléments de décor sont bien pensés et chaque univers à sa propre patte graphique.

Au niveau de la bande son, des thèmes jazzy vous accompagnerons tout au long de l'aventure. Pour ce qui est du doublage c'est du tout bon. Moi qui conseille le plus souvent la VO, je vous assure que la VF est ici soignée.

Côté durée de vie, elle oscille entre 10h et 12h de jeu simple (sans chercher tous les objets) et de 15 à 20 heures si vous êtes un chasseur de trophées.

Pour finir, le test a été fait sur PS3 et PS Vita car oui, le jeu est Cross-Buy (acheté sur PS3, vous l'avez sur Vita), Cross-Play (certains items de la version PS3 peuvent être trouvés plus facilement grâce à la Vita) et surtout Cross-Save (commencez votre partie sur une plateforme et continuez sur l'autre).


Des graphismes léchés, un gameplay dynamique et une durée de vie correcte en plus de la possibilité de Cross-Save font de ce Sly Cooper : Voleurs à travers le Temps, une très belle réussite. Seules ombres au tableau, des temps de chargement trop longs, quelques baisses de framerate mais surtout je n'ai eu aucun challenge de toute l'aventure, la difficulté n'est pas vraiment au rendez-vous.

Ma note : 16/20




13 juin 2013

[Test] Poker Night 2


Joueur de poker à mes heures perdues, j'ai entendu parler tout récemment de Poker Night 2.Première chose qui me traverse l'esprit : "Ah, encore un n-ième jeu de poker, je passe mon tour". Etant de nature curieuse, je me renseigne tout de même sur la bête, et heureusement !

Développé par Telltale Games (ceux qui ont fait le jeu "The Walking Dead") Poker Night 2 vous met autour d'une table en compagnie de Brock Samson (The Venture Bros), un tueur un poil psychotique ; Claptrap (Borderlands), un robot un tantinet bavard ; Ash (Evil Dead), héros et décapiteur de zombies à ses heures perdues et Sam (Sam & Max), le chien détective. Tout cette belle clique est arbitrée et animée par la verveuse GlaDOS. En clair, un casting 5 étoiles pour des parties endiablées.
Côté gameplay, vous avez le choix entre 2 variantes :
  • Texas Hold'em, 2 cartes en main, 5 sur la table
  • Omaha, 4 cartes en main, 5 sur la table

Chaque joueur la commence avec 20 000$ en poche.


Pas vraiment d'originalité me direz-vous. Et bien si ! L'IA est extrêmement verbeuse. Chacun des personnages parle tout au long de la partie et vont même jusqu'à s'envoyer des vannes en pleine tronche ce qui donne réellement l'impression de jouer avec une bande d'amis. En plus de cette ambiance, chaque joueur à son style de jeu et l'intelligence artificielle est de qualité. Alors que Sam sera un joueur plutôt prudent Ash quand à lui sera le plus gros bluffer de la partie. Il faudra donc bien observer les faits et gestes de vos adversaires.


A la fin de chaque partie vous gagnerez des jetons qui vont permettrons de déverrouiller de nouveaux jetons de poker, de nouvelles tables et de nouvelles ambiances. Ces mêmes jetons vous permettrons également de payer un coup à un de vos adversaires histoire de leur bourrer la gueule et de leur pourrir leur jeu. Pour forcer encore un peu les références, Moxxi (Borderlands) joue le rôle de serveuse.

Afin de dynamiser un minimum les parties, Telltale Games a eu la bonne idée d'insérer des objectifs à atteindre dans la partie ce qui vous donneras, lors de la partie suivante, une chance de voler à un autre concurrent un trophée qui débloqueras des objets et des costumes pour d'autres jeux (Team Fortress 2, Borderlands 2).


Visuellement le titre n'est pas moche mais il n'est pas à la pointe technologique, en même temps c'est un jeu de poker, on ne lui demande pas forcément ça. Les textures sont propres et ne bavent pas, on remarquera tout de même un aliasing assez prononcé. Du côté de la bande son, outre les dialogues, des thèmes jazzy accompagnerons vos parties.

Finalement, avec une réalisation soignée et une ambiance dingue, Poker Night 2 m'as séduit. Les conversations sont hilarantes et les clins d'oeil sont nombreux. On ne tombe jamais deux fois sur le même échange et on se rend bien compte du travail qui a été fourni de ce côté-là. Malheureusement le contenu in-game est plutôt léger et le titre n'embarque pas de multijoueur, un comble pour un jeu de poker ! Dernière précision : Anglophobes s'abstenir, le jeu est totalement en anglais.
Poker Night 2 est disponible sur PS3, Xbox360, Steam (PC et Mac) et iOS

Ma note : 15/20